<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d29144364\x26blogName\x3dThank+God+I+am+French+!\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://coolhunterwannabe.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://coolhunterwannabe.blogspot.com/\x26vt\x3d-3508966307426110614', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

mardi, février 27, 2007

Le Parfum enfin!

Au lendemain des Oscars (desolee chere Rinko, mais entre nous, je suis super contente que tu n'aies pas gagne...), la palme du pays "le plus en retard sur les sorties de films" revient indubitablement au Japon.

Et hier, voila que je tombe sur une affiche pour Le Parfum, le film tire du roman de Patrick Suskind, que vous autres francais de France avez deja tous vu, aime ou deteste.

Comme j'avais lu justement le livre, il y a une quinzaine d'annees de cela si j'ai bonne memoire, ca m'amuserait assez de voir ce qu'ils en ont fait et comment on peut rendre un bouquin qui parle essentiellement d'odeurs sur une pellicule.

Je m'attendais comme d'hab a une date de sortie au Japon proche de Juillet 2009, et bien NON. Mauvaise langue que je suis.

C'est a partir du 3 Mars et pour une fois, on ne sera pas tant que ca en retard sur les discussions de nos amis parisiens (ou toulousains ou que sais-je).
Bon pour Babel, va falloir encore attendre un peu ici mais je peux deja vous dire que j'ai pas ete conquise.

Libellés :

jeudi, février 15, 2007

Slow Flow Yoga

Hier soir, j'ai continue ma tournee des clubs de yoga du sud ouest tokyoite, avec cette fois-ci un studio repere depuis un petit moment: Slow flow.

Si vous etes deja alle a Kyoto, leur magasin a Sanjo n'a pas pu vous echapper: au coeur de la relativement nouvelle construction, dans un espace zen et aere, Slow flow y presente sa selection de vetements et articles de yoga plus un studio.


En tous cas, c'est la que je les ai connus, ravie d'apprendre qu'ils donnaient egalement des cours a Gaien Mae.


Rendez-vous pris avec trois amies pour le cours d'Ashtanga Beginners (ne nous surestimons pas...) au troisieme etage du grand magasin Bell Commons.


J'arrive en avance sous une pluie battante, completement ecrasee par le poids de tous mes sacs. La boutique est mignonne (mais rien a voir avec Kyoto) et le staff hyper gentil me debarasse illico de mon matelas de yoga et de mon sac de sport.


Mes amies arrivent et apres s'etre acquitees de 3000 yen, nous pouvons entrer.


Premiere surprise, les vestiaires et le studio sont riquiquis. Ici, point de douche ou de grands lockers: une petite piece commune, quelques casiers pour les affaires les plus precieuses et basta.
Meme les toilettes sont dans le magasin, autrement dit, vous vous retrouvez a marcher en tenue de yoga au milieu des clientes... surrealiste.


La professeur est aussi blonde que grande et fine et repond au doux nom de Jenni. Et Jenni, en plus de s'entrainer en Inde directement a la source, parle un japonais impeccable, meme quand il s'agit de dire"etirez vous de la plante des pieds au sommet de la tete" ou d'autres choses bien plus bizarres.


Franchement Jenni, toi qui ne lira jamais ses lignes: tu assures.


Mais revenons a nos yoginis. Hier soir donc, nous etions une huitaine a nous etirer la plante des pieds sur les matelas et l'occupation de l'espace etait ideale. Mais quid du jour ou il ne pleut pas toutes les larmes de la terre et ou forcement, plus de monde se deplace?

C'est sur ces reflexions que Jenni a commence son cours, d'abord par un peu de relaxation (sympa), puis en enchainant quelques salutations, et les pauses rituelles.

Au bout de trois quarts d'heure, j'en suis a me dire que j'ai du me tromper et booker un cours de hatha yoga quand la professeur nous amene des couvertures: c'est (a nouveau) le temps de se relaxer.
Soit.

Sauf que bon, entre nous, je n'avais pas encore vraiment eu la sensation d'avoir vraiment travaille avant. Et puis entre nous encore, 15 minutes passees a ne rien faire allonges par terre, je peux le faire chez moi.

Je suis ressortie du cours un peu frustree donc. Une fois n'est pas coutume, je nous ai apparemment sous-estimees et j'ai sans doute tape un niveau trop bas.

Mais bon, rendons grace a Jenni, son cours etait vraiment relaxant et je suis arrivee a la maison d'excellente humeur, ce qui n'etait pas gagne vu la pluie.

Points forts du studio:
-j'imagine donc que les cours peuvent etre en anglais
-ambiance sympathique
-pas mal situe
-pas encore trop cher compare a d'autres studios: 3000 yen le drop in seulement et possibilites de prendre des carnets (oui je sais, je trouvais ca cher a cette epoque mais je n'avais pas encore une vision globale des tarifs pratiques).
-bien pour les debutants, je n'ai donc pas teste le cours "avance".

Points faibles
-studio tout petit et sans glaces
-vestiaires quasi inexistants, pas de douches
-etre au milieu d'un grand magasin peut gener

Slow Flow

Libellés : , ,

mercredi, février 14, 2007

La Brasserie de Paul Bocuse a Tokyo

Depuis que le nouveau musee d'art contemporain a ouvert a Nogizaka, il semblerait que la Brasserie de Paul Bocuse qu'il abrite attirerait plus de monde que les expositions!

Le week-end dernier, il ne fallait que quelques minutes pour entrer dans le musee contre une a deux heures de queue pour le restaurant. Certes le restaurant n'offre que 182 sieges contre un immense espace d'exposition, certes...

Je vous laisse en tirer vos conclusions par vous-meme et m'en vais vous donner les quelques commentaires que j'ai glanes des gens qui s'y sont sustentes.
Je tiens a dire toutefois, que je ne l'ai pas encore testee moi-meme.

Un de mes amis donc, a teste le menu de midi (servi jusqu'a 14 heures) et a semble apprecier.

L'ambiance et la lumiere seraient agreables, il faut dire que le decor est impressionant, tout en rond.

Cela dit, il m'a ete rapporte que l'atmosphere pouvait rapidement ressembler a celle d'une usine, peut-etre a cause de tout le bruit environnant et des nombreux clients qui se pressent?

Le menu du lunch est des plus raisonnables: deux menus dont un a 1800 yen avec entree ou dessert + plat et un autre (entree et plat + dessert) pour 2500 yen.

Pour ce prix, canard, agneau, bref l'arsenal de la cuisine francaise que l'on trouve naturellement plus facilement au restaurant que dans les supermarches tokyoites.
Pas tres original mais efficace.
Apparemment, la creme brulee est un must, les gaufres en revanche seraient plutot a eviter...

Mieux vaut attendre un peu donc si vous etes vraiment affames avant de tester cet endroit, a moins de reserver (je ne sais pas si ils prennent les reservations pour le midi en revanche) mais en semaine dans quelques temps, c'est sans doute une bonne idee pour un dejeuner qui change, si vous etes comme moi dans les parages.

Attention le musee et le restaurant sont fermes les mardis, sinon ouverts de 11 heures a 22 heures.

Vous pouvez reserver au 03-5770-8161 (je ne mettrai pas ma main a couper qu'ils parlent anglais mais vous pouvez essayer).
 
La presentation du restaurant et le copyright des photos, c'est la

Libellés :

mardi, février 13, 2007

Tokyo avec un guide

De plus en plus, je recois des mails de francais egares sur ce blog, qui vraisemblablement cherchaient des informations sur le Japon pour un premier voyage.

Que ce soit pour vos affaires ou pour du tourisme, parfois, il serait bien agreable d'avoir quelqu'un pour vous guider dans vos premiers pas a travers la capitale nipponne.

Surtout si vous voulez apprecier Tokyo a sa juste mesure: excellents restaurants japonais, excursion d'une journee ou plus dans les alentours avec sejour en ryokan traditionnel, activites culturelles diverses et inattendues.

Alors ce service est pour vous.

Non, je n'ai pas d'actions dans leur societe (je ne les connais meme pas pour tout dire) et oui, l'info m'a ete soufflee par Jean Snow. Mais je vous avais deja parle du guide Luxe et des bons plans qu'on y trouvait?

Alors je ferais confiance les yeux fermes aux editeurs de ce guide, et de Metropolis (meme si au depart, les deux sont plus orientes vers nos amis anglophones.)

Le principe est simple: vous leur dites ce que vous cherchez et ils vous concoctent un programme sur mesure et vous emmenent dans des lieux inedits (vous etes-vous deja fait nettoyer les oreilles par un pro? Non? Et bien a Tokyo vous pouvez apparemment... meme si dit comme ca, ca ne m'attire pas trop).

Pour deux heures ou deux jours, tout est possible apparemment, commencez donc par leur envoyer un email ici .

Et pour en savoir plus, voici l'article qui explique leurs cursus.

NDLR: si quelqu'un essaie ce service, je serai ravie de recueillir son opinion pour en faire part aux lecteurs.

Libellés :

jeudi, février 08, 2007

Juste pour dire...

...que Elle Japon se met a nous faire des street reports sur
Madame Vogue France, ya pas un truc qui cloche la?

Libellés :

Le Jardin du Ciel

Pour tous ceux qui en ont marre des izakaya et de leurs inevitables croquettes-edamame-yakitori-miso (evidemment, j'exagere et generalise, mais vous aviez compris qu'il s'agissait la d'un procede rhetorique, j'en suis sure), voici donc un restaurant japonais qui change.

Sora no niwa (le jardin du ciel), situe dans une adorable petite bicoque le long de la voie ferree entre Daikan Yama et Shibuya, a mis le paquet sur un design zen minimaliste mais neanmoins hyper convivial avec ses mini pieces et son chemin de galets.

Ici la specialite n'est autre que le tofu.

Oui oui, ces cubes blanchatres sans gout que l'on trouve en France et qui se transforment en mets sublimes une fois dans les assiettes des japonais par je ne sais quel miracle.

Parce que je ne sais pas vous, mais personnellement, des que je tente quoi que ce soit a base de tofu c'est la catastrophe: fadasse, informe, a tel point que sans ce restaurant je serais persuadee que je n'aime pas ca (message subliminal a qui se reconnaitra).


Et donc, a Sora no Niwa, je ne comprends pas comment ils parviennent a faire tant de trucs delicieux a base du meme ingredient mais, force est de reconnaitre qu'ils sont tres forts.

Depuis les des de tofu a l'avocat (mes favoris, a gouter absolument), au tofu a laisser cuire sur la table le temps du repas, a toutes les sortes de yuba imaginables, le choix est fort varie, et bien moins ennuyeux que vous ne le pensez.

Bonus 1: meme en mangeant BEAUCOUP, pas de mauvaise conscience, le tofu comme chacun sait etant un aliment hyper dietetiquement correct.

Bonus 2: si je vous dis que ce n'est meme pas cher, vous me croyez?
En gros, on s'en tire pour 4000 yen par personne en mangeant bien. Si, si...
Bonus3: English friendly restaurant avec le menu dans la langue de Carrie Bradshaw Shakespeare

Et pour les non-tokyoites, il y a meme un Sora no Niwa a Osaka dont le decor, si il est different de celui de Tokyo, n'en est pas moins bien pour autant, loin de la.

Desolee j'ai la flemme de traduire l'adresse en anglais. 大阪府大阪市中央区南久宝寺町4-5-6 ヴェルテックス本町ビルB1

Bref, un super rapport qualite/prix pour un restau ou il fait bon aller entre amis.

Alors foncez a la premiere occasion, les yeux fermes mais en reservant neanmoins.
Tip: si vous allez a celui de Tokyo, evitez les pieces en hauteur qui s'averent un chouia etroites tout de meme (risque d'etouffement en ete).

Sora no Niwa
Cherry Garden, 4-17 Sakuragaoka-cho, Shibuya-ku
A 5 minutes de marche depuis Shibuya le long de la voie ferree en direction de Daikan Yama.
03-5728-5191

Les photos proviennent de ce site .

Libellés : , ,

jeudi, février 01, 2007

We also have snow!

Un des avantages non negligeables de Tokyo est de permettre a ses citadins de s'evader pour un week-end, voire pour un jour a la neige.

Et oui, partez le vendredi soir ou le samedi matin tot si vous avez le courage, et apres deux heures de Shinkansen, vous etes directement aux pieds des pistes.

Bon, bien sur, nous sommes au Japon et le tout ne va pas sans quelques consignes a suivre:

1. Condition de survie number 1: ayez toujours votre matos!
Les japonais etant plutot des gens bien prepares (doux euphemisme) et qui n'hesitent pas a investir. Tous ceux ou presque qui partent skier (ou surfer, mais je suis de la vieille generation, on ne se refait pas) sont, en consequence, ultra equipes.

-Cote positif: en allant a Jimbocho (Kanda), on trouve des janvier de vraies pepites datant a peine de l'annee derniere: chaussures de ski des meilleures marques a 20,000 yens, gants retrogrades de 8000 a 2000 yens parce qu'ils ne sont pas de la saison 2006-2007 (je sais pas vous, mais franchement, la saison de mes gants est le dernier de mes criteres d'appreciation tant qu'ils tiennent chaud et sont beaux).
Vous voyez l'idee. De plus, avec une bonne cinquantaine de magasins quasi alignes, on ne peut pas dire qu'on manque de choix (le Vieux Campeur a cote fait pale figure).

-Cote negatif: si vous avez oublie de vous ravitailler en ville avant de partir c'est mort.

Parce que les stations japonaises ne sont pas (a une ou deux exceptions) a proprement parler des stations ou il va etre facile de louer de bons skis.

Et encore moins si vous etes en version "package" avec la location incluse: arriere salle de ryokan en perspective avec ses 3 paires de chaussures des annees 80 et des skis paralleles de 2 metres assures.

On vous aura prevenu.

2. Ne vous attendez pas a un festival gastronomique

Pour toi le francais, pour qui le ski c'est avant tout la tartiflette de midi et la fondue du soir: oublie.
Ici, au Japon, on fait comme tout le monde et le midi c'est kare rice ou yakisoba et le soir, au mieux, un nabe, au pire, un kare rice.

Bref, je ne saurai que trop vous recommander d'amener votre sandwich fait maison a Tokyo (bon gruyere-saucisson ) si il n'y avait pas le point 3.

3. La meteo.

Bon, je sais, quelques chanceux ont le droit a des jours de beaux temps parfois.

Pour moi, au mieux, je n'ai pas eu de tempete de neige, mais quasi jamais de soleil.

Car il faut le savoir, la position geographique des montagnes japonaises est telle que, statistiquement, pas grandes chances de bronzer sur les pistes.

Et a moins d'etre kamikaze, pas beaucoup de chance de se faire un sandwich au soleil a la pause repas non plus.

Mais rassurez-vous, ca veut aussi dire que vous avez toutes les chances qu'il neige pendant que, apres le ski, vous vous delasserez dans un bain a 40 degres, sous la neige donc.

Absolument delicieux.

Ceci etant dit, j'en viens au point de ce post.

Ami francais (francaise) donc, toi qui en a marre des remontees mecaniques ponctuees de JPop a chaque poteau, qui aimerait voir un peu plus d'arbres en station et qui ne souhaite pas faire la meme piste 15 fois dans la journee (surtout pas une verte), sans pour cela aller jusqu'a Niseko (et a Niseko, il y a de la musique de toutes facons), nous avons la solution.

Je vous presente donc la trouvaille du mois (merci de ne pas m'etrangler si vous connaissez deja tous), j'ai nomme Shigakogen, dans la prefecture de Nagano.

En plus de toutes les conditions ci-dessus, la station a meme un site en anglais avec possibilite de reserver son hotel.

Franchement, il ne me manque plus qu'un restau de fondue pour que je sois totalement convaincue par le ski japonais !

Libellés : ,