<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d29144364\x26blogName\x3dThank+God+I+am+French+!\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://coolhunterwannabe.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://coolhunterwannabe.blogspot.com/\x26vt\x3d-3508966307426110614', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

mercredi, janvier 31, 2007

Allo, la Terre? Revoila Tokyo

Suite a ma note sur le livre de Nadege Fougeras Allo ...la terre ? Ici, Tokyo, l'auteur(e) elle-meme a pris la peine de me repondre (merci a elle), pour me convaincre, si ce n'etait pas chose faite, que les pousseurs existaient bel et bien a Tokyo.

Ok, ok, je m'avoue vaincue. Surtout apres avoir trouve ca.

Je vais devoir aller en voir de pres, sur la Yamanote que je ne frequente que rarement d'habitude (encore moins la Odakyu sen, ceci explique peut-etre cela).


En tous cas, j'ai donc finalement lu en entier ce petit livre et je vous livre mes impressions.

Bon, clairement, le format est tres agreable: je pensais qu'il y avait moins de texte que ca, mais en fait, le ratio permet une lecture facile et fort distrayante.

L'auteur a un point de vue des plus interessants sur Tokyo, elle est sans doute plus dans la vie japonaise que je ne le suis et du coup, j'ai appris pas mal de choses malgre plusieurs annees passees ici en lisant et en comprenant le japonais (approximativement certes, mais quand meme).

Bon, bien sur, pour qui vit au Japon, le spectacle des hanamis ne sera pas une surprise. En revanche, j'ignorais que l'on trouvait tant de choses dans les supermarches tokyoites, je devrais peut-etre y passer plus de temps.

Plus serieusement, j'admire que le tout ait ete relu par une "vraie" japonaise, evitant ainsi les erreurs d'interpretation quasi inevitables pour tout gaijin au Japon.

Nadege Fougeras a su rester amusante sans exagerer la realite.

Pas mal quand meme, surtout quand on sait que les articles des magazines parlant du Japon sont truffes d'erreurs ou d'incorrections la plupart du temps (a ce sujet, le memorable article "Tokyo pour pas cher" paru dans ELLE l'an dernier restera toujours dans ma memoire... hihi).

Mention speciale a la fin, TOUT ce qu'elle dit du retour des expatries a Paris me semble tres tres juste. Moi aussi je trouve immanquablement les parisiennes belles et stylees quand je reviens.
Le chic parisien ne serait donc pas un mythe?

Pour resumer, un bouquin que je ne pourrais que recommander a quiconque est interesse par le Japon.

Et meme si vous y etes deja d'ailleurs.

Libellés : ,

lundi, janvier 29, 2007

Tokyo City Guide: Wallpaper

Je continue dans les reviews des guides de voyage, puisque peu d'entre eux semblent susceptibles d'aider reellement le voyageur a Tokyo qui souhaite voir autres choses que des magasins et le Musee National de Ueno.

Apres le guide Luxe que je ne saurais que trop vous recommander, Wallpaper a sorti sa collection de City Guides il y a quelques mois.

Le format n'est pas mal, meme si un papier glace n'eut pas ete de trop.

Plusieurs sections usuelles pour un city guide (et facilement accessibles grace a un systeme d'onglets), dont notamment une pour les hotels vraiment pas mal faite avec, le cas echeant, quelle chambre il vaut mieux reserver.

L'ensemble est light, peut etre un peu trop, malgre leur concept pas si bete d'avoir un guide de voyage qui ne vous fasse pas d'emblee reperer comme touriste.

Quant au contenu, il y a du bon et du mauvais.

J'ai ete choquee de voir que ce guide recommandait chaudement le quartier de Meguro par exemple (je me suis meme demandee si ils ne se trompaient pas avec Naka Meguro) et encore plus choquee de voir qu'ils y situaient l'excellent magasin Bonjour Records (qui comme chacun sait, est a Daikan Yama pour le coup).

Mais non, apparemment, l'autoroute (ok, j'exagere, disons la Nationale) parsemee de magasins de meubles souvent cheap et de quelques magasins de design qui ne valent pas un Cibone a quand meme leurs faveurs.

Soit.

Je retournerai y faire un tour pour en avoir le coeur net et vous informerai si Meguro a subi une revival de hypitude dans les 6 derniers mois.

Bref, quelques infos ne sont peut-etre pas tout a fait au point... je suis peut etre chipoteuse mais une typo sur "Shibuya" devenu "Shibuyu" dans un guide d'une vingtaine de pages, ca me gene.

Chapeau en revanche pour leur section archi (a la fois, c'est Wallpaper et nous en attendions pas moins d'eux) qui propose outre les classiques, quelques batiments dignes d'interet que je ne connaissais pas dans mon propre quartier...

Et puis, la selection des bars, meme si elle inclut le maintenant tres has been "Red Bar" n'est pas si mal.

Enfin, dernier point fort, le prix.
Pour presque 9 euros franchement, il n'y a pas de quoi s'en priver.

Bref, un bon a-cote pour complementer un guide basique, a commander en ligne.

http://www.phaidon.com/travel/

Libellés : ,

vendredi, janvier 26, 2007

Tokyo autrement

Chose promise, chose due, voici les 10 choses que je recommande a faire a quiconque souhaite decouvrir Tokyo (un peu) en dehors des sentiers battus.

1.La premiere, non pas par ordre d'importance mais tout simplement parce que j'en ai parle hier, est le fabuleux spa Shiespa et ses sources chaudes.
Ou comment vivre la vie d'une japonaise en se faisant plaisir l'espace d'une demi-journee. Malheureusement, ce n'est que pour les filles. Details ici.

2. Je continue dans les choses deja evoquees ici. Une des experiences qui m'a beaucoup plu est le tour de Tokyo en helico de nuit.
Bien sur, il faut reserver puis aller jusqu'a l'aerodrome mais c'est assez unique et ca permet de decouvrir la ville sous un autre angle.


3. Je reste dans les hauteurs.

Vous vous souvenez que je vous ai deconseille d'aller voir la tour de Tokyo? Bon, et bien, a la place, je ne peux que vous inciter a vous rendre au 54eme etage de la Mori Tower de Roppongi Hills, ou vous allez trouver un city view imprenable sur 360 degres, ouvert jusqu'a minuit et agremente de banquettes/cafe cozy etc.
Pour le prix de l'entree (1500 yen), vous avez meme acces a l'expo... (souvent chouette) d'art contemporain. Qui dit mieux ?

4. Puisque nous sommes dans les paysages urbains, je vais vous livrer mon experience favorite, que je refais inlassablement avec chaque visiteur tellement je l'aime.
Un soir de beau temps donc (teste pour vous, l'experience est bien moins impressionante sous la pluie), allez jusqu'a Shimbashi et prenez la ligne Yurikamome jusqu'a Odaiba.

La, TOUT le truc consiste a se mettre imperativement aux places a l'avant du train, celles ou il y a une vue sur le devant en plus des cotes.
Si la place est prise, n'hesitez pas a attendre le train suivant, tres frequent, ca vaut le coup.
Il s'en suivra une petite demi-heure digne de Blade Runner ou d'une bonne attraction de Disney (a la fois, mon dernier sejour a Disneyland remonte a mes 15 ans).
Je n'en dis pas plus pour ne pas ruiner tout le suspens mais franchement, je ne connais personne qui ait ete decu de la balade.

Arrive de l'autre cote de la baie, si il fait chaud, on peut completer par un tour sur les "planches" et la plage de Tokyo (amusant) avant de revenir.

5. Allez, un petit dernier pour amateurs de hauteur et de ville la nuit.
Celui la en plus, je l'aime tout particulierement.
Un soir donc, allez jusqu'a Shinjuku et sautez dans un taxi direction le Park Hyatt, comme dans Lost In Translation.

Dans le taxi, commencez par admirez la vue d'en bas,
et les plans en 3 D parce que les tours sont tellement hautes et denses que l'on ne s'y retrouverait pas sans ca.
Arrives a l'hotel, prenez tout droit dans le lobby, premier ascenseur jusqu'au 41eme etage.
Attention, la il y a un trick: il faut changer d'ascenseur et passer par la bibliotheque pour gagner celui qui vous amenera au New York Bar, le bar du film donc, au 52eme etage.

Point de Bill Murray ou de Scarlett mais en revanche, moyennant une cover charge apres 20 heures, vous aurez droit a une des vues les plus epoustouflantes de Tokyo (au milieu des grattes-ciels donc) et a un cocktail LIT a base de petales de cerise.

Note pour les demoiselles: le joueur de basse du groupe de jazz est fort agreable a l'oeil, pensez a prendre une table bien en face ;-)

Tip: inutile de rester pour le repas (quoique, une fois pris dans l'atmosphere on ne veut plus partir), un apero ou un cocktail (ou les deux) font aussi bien l'affaire.


6. Redescendons sur terre et meme sous terre puisque le 6eme choix n'est autre qu'en sous sol.

Cette fois-ci c'est le sous sol de Shibuya que vous devez a tout prix explorer, et surtout son gigantesque "Food Show", un des plus grands "depachika" (sous sol de grands magasins ou l'on fait ses courses de nourriture).
Ici vous trouvez tout, du reblochon au repas chinois, et bien sur japonais ou encore italien sur une surface impressionante.

Ne manquez pas les melons a 20,000 yen (150 euros) l'unite -a ces prix la, c'est un cadeau bien sur, pas pour son usage personnel- les dames de la caisse qui vous posent 50 questions (votre sac, vous le voulez en papier ou en vinyl) le tout dans un vacarme assourdissant, et profitez-en pour faire vos provisions de nori, soupes miso etc.


7. Le septieme point est un peu de la triche, puisque techniquement, je ne l'ai jamais fait.

Si vous avez la chance de venir a Tokyo (ou Kyoto, Nagoya...) en periode de tournoi de sumos, n'hesitez pas et foncez un dimanche a Ryogoku pour voir ses demis-dieux combattre.

Hyper facile: vous allez au stade vers 14h30, achetez un ticket (environ 4000 yen pour les sieges les plus hauts) et restez la a manger, boire, etudier les scores et encourager vos idoles jusqu'a 18 heures.
Vous verrez, le temps passe alors incroyablement vite jusqu'au final.

Bon ca c'est pour les chanceux (en septembre, janvier et mai je crois a Tokyo).
En revanche, pour les autres, il y a les entrainements de sumo.

Certes il faut se lever a l'aube et certes, il faut connaitre l'emplacement d'une "ecurie" (mais je vais de ce pas me renseigner). En tous cas, j'ai toujours entendu que c'etait vraiment tres impressionant de se retrouver a quelques centimetres de ces masses de chair et que c'est une experience a ne pas manquer.

Je vous la conseille donc, meme sans l'avoir connue personnellement (du moins pas encore).

8. Une autre experience fabuleuse pour quiconque est a Tokyo en ete est le yakatabune.

Sur la baie de Tokyo, louez (en groupe de preference mais il y a des possibilites pour les gens seuls) un des petits bateaux typiques, et passez un repas traditionnel (sur tatamis) sur l'eau, a chanter sur karaoke embarque (veridique) et a admirer les feux d'artifice depuis la baie elle-meme.

Certes, ce n'est pas donne (a partir de 10,000 yen par personne si vous vous debrouillez bien) mais c'est vraiment unique.

9. Pour les touristes aventureux uniquement, je recommanderais une excursion dans les ruelles qui se trouvent derriere les rails de la ligne Ginza a Shibuya.
Vous ne voyez pas de quoi je parle ? C'est bien simple. Devant le 109-2 de Shibuya, continuez jusqu'au pont sous lequel vous passerez et tournez dans la petite rue a droite, juste apres celle envahie de velos.

Dedans, plein de petites echoppes minuscules dont vous n'osez pas pousser la porte.
Bon, je vous l'accorde, sans le secours d'un japonais/d'un minimum de connaissance de la langue/d'une tres bonne tete, il y a de fortes chances qu'on ne vous laisse pas rentrer mais si vous y arrivez, vous aurez le droit a une soiree enchanteresse, ponctuee par la conversation du patron et le flot de sake.

Pas plus de 4-5 places au bar a chaque fois, une clientele d'habitues japonais exclusivement, des personnages etranges, differents, connus parfois, c'est une vraie descente dans le japon profond a quelques metres des lieux les plus touristiques.
Une atmosphere de romans a portee de main (et de courage) en somme.

10. Pour les aventureux du palais cette fois.
Non, je Japon n'est pas que le pays des sushis et des yakitori, fort heureusement.

C'est meme un pays ou la cuisine est divinement variee quoique parfois plus grasse que l'idee recue le veut (pensez au tonkatsu, tempura, karaage et meme aux ramen, okonomiyaki etc...).

Bien sur, ne pas gouter de sushis ici serait criminel, mais au dela de ca, il y a une experience culinaire que je recommande a tout les gastronomes: un repas kaiseki.

A l'origine un repas servi pour accompagner la ceremonie du the et qui varie en fonction des saisons.
Une attention toute particuliere est portee au service et a la presentation. Ce sera vraisemblablement un des repas les plus fins qu'il vous sera donne de gouter au Japon.

Pas donne donne mais on a rien sans rien et le jeu en vaut la chandelle.

Attention toutefois, les prix peuvent VRAIMENT s'envoler (premiers prix autour de 7-8000 yen) donc faites en sorte de comprendre a combien est le menu avant de vous y aventurer.

Tip: pour manger kaiseki, kyoto est sans doute plus accessible aux touristes que Tokyo, ou alors, reservez dans un ryokan qui inclut un repas kaiseki.

Now enjoy!!

Photyos appartenant aux sites mentionnes dans le texte.

Libellés : , , ,

mercredi, janvier 24, 2007

J'ai teste pour vous: Une soiree au paradis.

Il y a quelques mois de cela, notre petite bande de francaises (ok, 3 nanas) avait decide d'aller tester ce nouveau spa-onsen (sources chaudes) a Shibuya. RV etait pris a 17 heures.

Nous arrivons devant l'immeuble de 9 etages, entierement devoue aux plaisirs de la relaxation, en plein coeur d'un des quartiers les plus animes au monde.

Comme prevu, l'attente est d'une heure et demie. Pas de resas possible.

Nous donnons notre nom, numero de telephone et allons patienter dans un petit cafe a cote jusqu'a ce que le sacro-temple nous autorise a penetrer dans son enceinte.

L'entree est deja tres chouette, on nous explique immediatement le fonctionnement de l'etablissement le temps de faire nos cartes de membre: on peut se balader sur les 10 etages, tout essayer, il suffit de regler a la caisse en partant... Aie.

Tres bon marketing mais horrible pour mon compte en banque.


Nous nous dirigeons, cles en mains, vers les gigantesques lockers du sous-sol et revetons les especes de pyjamas que le spa prete a ses adherentes dans un grand sac, accompagnes de serviettes moelleuses.


Direction le 8eme etage pour les sources chaudes.


Generalement, les sources chaudes au Japon ont des decors assez kitschouilles avec fausses pierres et rampes en metal dignes des meilleurs institus geriatriques mais la, rien de cela.
La salle est plongee dans la penombre, avec un eclairage bleuatre emanant directement de l'eau. C'est design et tres tres beau.

Les produits a disposition sont de qualite. Et le public jeune. Que des nanas entre 18 et 40 ans, pas mal de filles tres mignonnes, certaines ont meme les seins refaits ou le corps bronze artificiellement.

On est a Shibuya quand meme, ne l'oublions pas.

Bref, rien a voir avec les onsens traditionnels.

Les bains, chacun de temperature differente sont vraiment magnifiques.
Prochaine etape toujours au 8eme etage: le hammam.... ahhhh le hammam, j'avais oublie combien ca me manquait. Des annees que je n'en avais pas fait (contrairement au sauna, il n'y en a pas au Japon), et la, dans cette petite salle ronde decoree "comme la bas", on se serait crues en plein Paris (ou Marrakech mais je n'y suis jamais allee).

Mortes de chaud et transpirantes, nous nous dirigeons vers le 9eme etage.

Les rotenburo (sources chaudes a l'exterieur).

Imaginez:
Vous etes sur le toit d'un building au coeur d'un quartier suranimee et vous faites trempette dans de l'eau puisee a plus de 1500 m de fond, dans un decor qui reproduit a s'y meprendre la nature la plus tranquille.
SUR-REALISTE.

Impossible de ne pas craquer tellement ca parait dingue, un tel lieu ici. C'est beau, relaxant...tout le monde chuchote, l'eau est brulante et nous deambulons toutes a poil par -1 degre.






Une vingtaine de minutes a faire trempette (il ya meme un spa pour les pieds!) se passent, puis nous nous dirigeons vers le Water Sky Bar qui est entoure de salles de relaxation.

Apres ingestion d'un jus de vinaigre de pomme (delicieux), nous explorons les diverses salles. Encore une fois, rien a voir avec ce que je connaissais jusque la (pourtant, je suis une spa addict).

La premiere salle est plongee dans la penombre.
Sur les murs, des videos representent de l'eau (comment expliquer ?). Dans la salle, des waterbeds immenses et recouverts de velours ou nous nous affalons et tombons dans un etat de relaxation tellement profond que manquons de nous endormir.


La deuxieme salle est entierement en pierre et en marbre... chaud.La piece est elle-meme chauffee a une trentaine de degres. Le but est de s'allonger sur la pierre chaude et de renouer avec ses sensations premieres en ecoutant des bruits relaxants provenant... du sol.



La troisieme salle est aussi tres chauffee et toute en pierre chaude, recouverte de coussins....incroyablement zen.

Le tout est d'une beaute impressionante.

Une fois extraites de notre quasi sommeil nous nous dirigeons vers le restaurant pour profiter de la glace au yuzu qui nous est offerte histoire de se rafraichir.


Puis direction la salle de massage. Les trois filles choisissent un massage des pieds a l'huile.
Dans les sieges inclinables, une serviette sur les yeux et mes pieds dans les mains de la reflexologiste (on dit comme ca?) je suis aux anges... un tel bonheur... arffff.

Lorsque nous repartons finalement du temple, il n'est pas loin de 22 heures. 5 heures hors du temps, en plein au milieu d'un des endroits les plus stressants de la planete.

Je compte bien en faire un RV mensuel.

Toutes les infos (en japonais) sur:
http://www.shiespa.com/

Tips:

-Pensez a vous inscrire sur le site, vous economiserez 500 yen!
-Prevoir 5 heures minimum (si,si) et des votre arrivee, foncez prendre un ticket avec un horaire pour les salles de relaxation (generalement, deux heures d'attente). En attendant, allez aux onsens/rotenburo etc.
-Shiespa est ouvert non-stop donc pour eviter la cohue, debarquer a 21 heures c'est pas mal non plus !
-Desolee, les garcons ne sont pas autorises ici. Pas mal a faire quand votre cheri a une reunion le week-end ou traine encore au golf avec ses copains.
-Enfin, un nouveau Shiespa vient d'ouvrir a Roppongi (Zaboo).
Quelqu'un l'a teste ?


Photos copyright: Shiespa http://www.shiespa.com/

Libellés : ,

mardi, janvier 23, 2007

Allo...la terre ? Ici Tokyo -- Nadège Fougeras

Je n'ai pas encore eu le temps de faire plus que de le feuilleter meme si j'ai failli le recevoir en triple pour Noel.

Apparemment, sa mention dans le ELLE France a fait son petit effet et en tous cas, tout le monde en parle en ce moment donc je vous relaie l'info.

Nadege Fougeras a habite quelques annees au Japon et livre dans ce recueil de photo-mails une vision plus proche de la realite tokyoite que les cliches vehicules par certains touristes ou amateurs (genre "la mode au Japon c'est dingue, toutes les nanas sont en Lolitas gothiques ou ultra branchees..." euh.... non) mais parfois pas moins farfelue (et pas que dans leurs toilettes supersoniques).

Un point reste sujet a polemique neanmoins.
Apparemment, Nadege parle des pousseurs dans le metro.
Apres 4 ans ici et quelques traversees de la ville en heures de pointe, je n'en ai encore jamais vus.
Faudra qu'on m'explique comment j'ai pu les louper. Je croyais que c'etait un mythe moi...

Plus de details, des que j'ai pris le temps de lire l'ouvrage en entier mais si vous vous cherchez un bouquin pour le metro ou pour preparer un voyage en pays nippon, n'hesitez-pas.


"Allo...la terre ? Ici Tokyo" par Nadège Fougeras 128 pages - 20 euros aux Editions Mettis

Libellés : ,

lundi, janvier 22, 2007

Mikura l'improbable

Allez trouver un restaurant ouvert le dimanche soir, a Shibuya, qui serve de la cuisine japonaise, mais PAS un izakaya, NI un restaurant cheap (genre soba, ramen, okonomiyaki) ni un restaurant trop cher et avec un beau decor (l'endroit doit etre calme de surcroit).

La mission releve presque del'impossible.

C'est compter sans la decouverte de la semaine, le restaurant Mikura.

Pour sur, on ne s'attend pas a trouver une perle pareille au 4eme etage de l'affreux Shibuya Mark City qui n'abrite pourtant que des chaines ou des restaurants "pour-quand-on-est-presse-et-encore...".


Et pourtant, passee la porte d'entree, c'est un monde different qui s'offre a vous.


Dans un lieu digne d'une ochaya kyotoite et dans des salons particuliers au decor zen et raffine (sur demande), une charmante demoiselle au kimono va durant quelques heures, assurer un service plus que parfait.

Des amuses-bouches au sake a la fraise en aperitif, au menu gigantesque qui s'en suit, rien n'est laisse au hasard.
Trois menus sont proposes allant de 3800 a 7800 yen et, je vous assure que meme pour un male trentenaire en appetit (aucun rapport avec la serveuse en kimono pour le coup), le menu a 3800 est largement suffisant.

Je sais, de la gastronomie japonaise a ce prix, c'est surrealiste.

La cuisine est fine et variee, plutot avec des specialites de Kyoto mais chacun peut choisir son plat principal a sa guise.

Le tofu est ferme a souhait, les viandes et poissons exquis et il y a meme un dessert.

Ce n'est pas encore tout a fait un kaiseki, mais pour 4000 yen, c'est ce qui s'en rapproche le plus.

En tous cas, c 'est une excellente facon de terminer la semaine si l'on garde a l'esprit que, malgre le prix derisoire du menu, il convient de ne pas se lacher sur le sake sous peine de lundi matin difficile.

Et, je pense que notre special guest ne me contredira pas, c'est un endroit parfait pour faire gouter la nourriture traditionnelle japonaise a un ami de passage sans casser toute votre tirelire.

Seuls bemols, le menu est entierement en japonais et pas franchement facile a comprendre.

Le personnel n'a pas l'air tres verse dans la langue de Shakespeare non plus. Remarquez, on les comprend, ils ne sont pas la pour ca.
Bref, dur d'acces pour les touristes sans aucun secours japonais.

Enfin, le visiteur est rattrape par l'horrible realite en cas d'envie pressante au cours du repas, puisqu'il lui faudra ressortir afin de rejoindre les toilettes de Mark City et donc, leurs neons, leur musique et leur file d'attente.

De quoi bien rompre l'ambiance "zen et tranquilite".

Hormis ca, c'est une vrai trouvaille que je ne peux que vous conseiller.

Mikura a Shibuya Mark City (il y a apparemment une autre branche a Ginza).
Le site est bien sur en japonais uniquement

Tel: 03-5459-4011

Libellés : , ,

The National Art Center

Jean Snow en a parle ce matin, me rappelant qu'il faut absolument que j'y fasse un tour tres vite, d'autant plus que je travaille a cote: The National Art Center , le musee national d'art contemporain a donc ouvert, non loin du Suntory Art Museum de la tour Midtown, qui ouvrira le 30 mars.

Cet espace est special deja parce qu'il s'agit du plus grand musee du Japon et aussi parce qu'il n'abritera que des expositions et aucune collection permanente.

La grande question est de savoir si il va detroner son voisin de la Mori Tower (dont la qualite des expos, meme variable, est en general assez elevee).

L'expo d'inauguration (jusqu'au 19 mars) s'intitule " Living in the Material World - ‘Things’ in Art of the 20th Century and Beyond” consacree a la vision des artistes contemporains des "choses" (biens de production et de conso entre autres) qui nous entourent.

L'expo suivante, sera elle organisee par le Centre Pompidou et repond au nom prometteur de "Paris du monde entier : Artistes étrangers à Paris 1900-2005 " (a partir du 7 fevrier).
A ne pas manquer donc.

PS perso: Geraldine, c'est justement le drole de batiment qu'on voyait du haut de la Mori Tower, honte a moi de ne pas l'avoir reconnu immediatement. L'architecte en est Kisho Kurokawa.

The National Art Center
7-22-2 Roppongi, Minato-ku
TEL +81-(0)3-6812-9900 FAX +81-(0)3-3405-2531
Ouvert de 10 heures a 18 heures (et 20 heures le vendredi), ferme le mardi.
Photos copyright

mercredi, janvier 17, 2007

Tokyo trip: tout ce que vous pouvez zapper d'office...

Ils sont dans tous les guides sur le Japon et pourtant on peut dire sans risque que ces lieux sont a tester si vous aimez perdre votre temps, votre argent et votre energie.

Bon ok, j'exagere mais disons que pour un premier sejour a Tokyo et a fortiori si il est de moins d'une semaine, voici les endroits supposes "touristiques"a eviter a tous prix:


Palme d'or de l'attrape-touristes: la Tour de Tokyo.

Cher et sans interet aucun surtout quand on connait le nombre de tours qui offrent la meme vue (ou mieux).


Palme numero deux ex aequo: Le Palais Imperial

Il est ferme 364 jours pas an, on ne voit rien derriere les remparts et ses jardins de gravier comptent trois arbres qui se courent apres.

Le Japon compte suffisamment de jardins magnifiques pour que vous ne perdiez pas votre temps dans celui-la.


Ginza

N'allez pas croire que je sois obsedee contre Ginza mais encore une fois...y aller certes, mais pour quoi faire ?


Roppongi

Vous aimez les bars cheap bourres de GI ? Les travestis philippins et les japonaises venales? Alors allez-y, c'est la que vous les trouverez.

Sinon passez votre chemin.
Cela dit, Roppongi a 5 heures du matin un samedi peut constituer un excellent observatoire sociologique.

Le marche aux poissons de Tsukiji

La, je reconnais bien volontiers, c'est tout personnel mais voir des poissons morts a 5 heures du matin, meme si les dits poissons sont vaguement plus gros que la moyenne, n'est pas mon fantasme ultime.

En plus, les seuls restaus aux alentours qui ont un menu en anglais proposent des sushis bien moins bons qu'ailleurs dans Tokyo.

Donc non-connaisseurs, vous pouvez vous abstenir. D'ailleurs, vous etes deja alles a Rungis ?


L'Oriental Baazar

Comme son nom l'indique, un baazar oriental (donc pas forcement japonais) et cher de surcroit (parce que sur Omotesando).
On trouve la meme chose en mieux, moins cher et plus "vrai" dans les ruelles derriere ou a Kappamachi. Et si vous tenez absolument a ramener des baguettes a vos amis, celles des 100 yen shop sont souvent mieux.


Omotesando Hills.

Un centre commercial. Parly 2 vaguement designe et avec Dolce et Gabbana au lieu de Zara.
A part ca...


La Killer dori (gaien nishi dori)

Ou je me suis fait avoir en beaute lors de mon premier sejour au Japon croyant trouver une killer street hyper pointue.

Maintenant, c'est une rue que je prends tous les jours et...et je vous assure, il n'y a rien qui en vaille la peine.


Ameyoko Market

Du cheap du cheap et du super cheap made in china le long d'une voie ferree...mais c'est vous qui voyez.


Et pour ceux qui disent que je ne fais que critiquer, le post suivant sera au contraire sur ce qui vaut la peine d'etre fait/vu et que vous ne trouvez pas forcement dans le Lonely.

Libellés : ,

lundi, janvier 15, 2007

Enfin!!!

Si, comme moi, vous faites partie des derniers idiots a ne pas avoir vu Marie-Antoinette de Sofia Coppola parce que vous ne vouliez pas voir un mauvais screener, rien n'est perdu:
il sort le 20 Janvier en salle au Japon.

Liste des cines concernes ici.

Depechez-vous, comme d'habitude, il ne sera a l'affiche qu'une semaine au mieux... (comment ca je suis cynique?).
J'ai decidemment hate de le voir, malgre toutes les critiques (bonnes ou mauvaises) que j'ai pu en lire.

Photo credit

Libellés : ,