<body><script type="text/javascript"> function setAttributeOnload(object, attribute, val) { if(window.addEventListener) { window.addEventListener('load', function(){ object[attribute] = val; }, false); } else { window.attachEvent('onload', function(){ object[attribute] = val; }); } } </script> <div id="navbar-iframe-container"></div> <script type="text/javascript" src="https://apis.google.com/js/plusone.js"></script> <script type="text/javascript"> gapi.load("gapi.iframes:gapi.iframes.style.bubble", function() { if (gapi.iframes && gapi.iframes.getContext) { gapi.iframes.getContext().openChild({ url: 'https://www.blogger.com/navbar.g?targetBlogID\x3d29144364\x26blogName\x3dThank+God+I+am+French+!\x26publishMode\x3dPUBLISH_MODE_BLOGSPOT\x26navbarType\x3dBLUE\x26layoutType\x3dCLASSIC\x26searchRoot\x3dhttp://coolhunterwannabe.blogspot.com/search\x26blogLocale\x3dfr_FR\x26v\x3d2\x26homepageUrl\x3dhttp://coolhunterwannabe.blogspot.com/\x26vt\x3d-3508966307426110614', where: document.getElementById("navbar-iframe-container"), id: "navbar-iframe" }); } }); </script>

mercredi, décembre 27, 2006

Tokyo pour ceux qui n'y habitent pas

Tokyo, contrairement a Kyoto, n'est pas une ville ou le programme s'impose de soi-meme, encore moins lorsqu'on dispose d'un temps relativement limite.

Ici, peu de temples, le musee national n'est pas franchement inoubliable, les jardins ne valent pas ceux de Kyoto et c'est un veritable casse-tete pour les touristes qui ne savent pas par ou commencer.

Mais surtout, ce qui est frappant, c'est que la plupart des guides n'ont soit pas ete reedites depuis les annees 80, soit ete ecrits par des gens qui n'ont jamais mis les pieds dans la capitale nippone apparemment.

Par exemple, vous lirez partout que quelques uns des quartiers phares de la ville sont Ginza, Ikebukuro ou Akihabara, qu'il faut absolument aller voir le temple d'Asakusa etc.

Pour le Sensoji (le temple en question), soyons clairs: si vous allez a Kyoto apres, vous aurez votre dose de temples, inutile de perdre une demi-journee a se trimballer au fin fond du nord de Tokyo pour voir un temple blinde de touristes americains (notez que je n'ai rien contre eux mais on est pas la pour ca) et borde d'une route interminable ou l'on vend des tongs en plastique et autres "souvenirs" japonisants cheap et sans interet.

En ce qui concerne Ginza, j'ai bien cherche quand je suis arrivee moi meme en touriste il y a une demi-douzaine d'annees de cela et je n'ai toujours rien trouve a y faire.

Le quartier regorge de grands magasins (soit...en voir un peut etre amusant mais apres ?), de gens ayant depasses la quarantaine et basta. Vraiment, vous pouvez passer votre chemin en toute serenite.

Akihabara, je veux bien croire que ce soit le summum du fun a la japonaise pour quelques otaku en quete de la derniere playstation non encore sortie en France et je vais jusqu'a conceder que l'ambiance du Electric Market et des rues illuminees a la nuit tombante est unique, mais je ne conseillerais que d'y passer tres brievement, vers 17~18 heures de preference, et vraiment si vous etes un geek ou une geekete en herbe ou a la recherche de quelque chose de precis.

Par ailleurs, inutile d'esperer y trouver un quelconque cafe/restaurant digne de ce nom, c'est peine perdue.

Quant a Ikebukuro, disons que si vous etes passes a Shinjuku avant, c'est la meme chose en plus petit et moins sympa meme si je connais des energumenes qui preferent (hein Gentiane?).

En revanche, aucun de ces memes guides ne mentionnent en premier lieu les petits quartiers les plus chouettes de Tokyo, parfois juste a la lisiere de la ville.

Par exemple, il serait honteux de visiter Tokyo sans passer par Daikan Yama.

A 10 mn en bus de Shibuya (le petit bus Transse est fantastique) ou une station de metro, c'est sans doute le quartier le plus mignon de toute la capitale.

Les petites boutiques japonisantes (Porter, Frapbois, Onitsuka Tiger), rivalisent avec les enseignes de createurs (comme le Pink de Paul Smith, APC, Milk Fed l'adorable ligne de Sofia Coppola), et les concept shops (the Closets, Bonjour Records)avec les cafes (le fameux Sign devant la gare)...

Egalement un excellent endroit pour voir des hordes de jeunes japonais lookes mais pas deguises a la Harajuku se balader nonchalemment.

Bref, a ne surtout pas louper.
Le site de Daikan Yama


Shimokitazawa

Un peu a l'ecart de la ville, a quelques minutes depuis Shibuya neanmoins, ce quartier au croisement de deux lignes de chemin de fer est indeniablement plus "roots" que le chic Daikan Yama.
Neanmoins, bourre de jeunes, d'echoppes vintage et de bazars, cest LE coin pour faire des emplettes de baskets trendy (la basket est mysterieusement bien moins chere au Japon qu'en France), manger un bon Nepalais ou un okonomiyaki dans une ambiance detendue et pour pas trop cher ou juste "sentir" la ville en dehors des sentiers (re) battus de Shibuya.

Pas mal d'animation le soir en ete et quelques terrasses.



Ura-Harajuku

Oui, je sais, la Takeshita Dori est dans tous les guides. De meme que l'Oriental Bazaar (a eviter comme la peste selon moi) sur Omotesando.
Mais enfin, Harajuku ne se reduit pas au croisement de Gap et de Laforet.

Prenez donc la Takeshita a l'envers (en partant de la Meiji Dori, et dans la direction inverse a la gare Harajuku) et perdez vous dans les petites rues sur lesquelles vous tomberez.
La, au milieu de dizaines de salons de coiffures et de magasins tous plus etonnants les uns que les autres, vous decouvrez le coeur de Tokyo.Tant que vous n'etes pas totalement perdus quelque part au milieu de Jingu Mae, c'est que vous n'y etes pas encore.

Allez, un petit effort.
Urahara en ligne


Naka Meguro

Pour ceux qui ont un petit peu plus de temps peut-etre.
Ou pour les fondus de "culture jeune" et de mode a la japonaise.
A la frontiere d'Ebisu et de Daikan Yama, le canal de Naka Meguro a vraiment bien change ces dernieres annees.

Foultitude de petits magasins underground, de cafes bio/cafes pour chiens/cafes librairies bref, de tout ce dont les jeunes japonais urbains raffolent.
C'est calme, ca change... et la balade est un enchantement au moment des cerisiers en fleurs.

Pour y aller, on prend le metro ligne Hibya ou la ligne Toyoko a partir de Shibuya.
Le canal est a deux minutes a pieds de la gare.

Le site de Naka Meguro

Photos copyyright sur les sites en liens

Libellés : , , , ,

mardi, décembre 26, 2006

Hotels a Tokyo

Tokyo est sans doute une des villes du monde ou trouver un hotel sympa a un prix raisonnable est le plus dur des challenges.

Passes les cinq etoiles aux prix qui s'envolent pour des prestations parfois a peine a la hauteur (penser 4 Seasons ou New Otani), les business hotels glauques, les chaines mal situees (Le Mercure a Ginza est abordable, mais qui voudrait passer ses vacances a Ginza?) et souvent cheres (comme les Prince Hotel), les ryokans de back packer... le novice (et le tokyoite confirme egalement) a souvent bien du mal a localiser la perle rare.

Alors bien sur, il y a les dinosaures comme le Cerulean, le Mandarin ou le fameux Park Hyatt, impossibles a ne pas recommander si vous avez vraiment tres envie de vous faire plaisir (ou que votre boite paie, au choix..).

Sinon, voici quelques hotels qui sortent un peu du lot et qui tentent au maximum de respecter ces trois consignes :

-bon emplacement
-joli hotel
-prix raisonnable (soyons clair: Tokyo ne sera jamais cheap et surtout pas pour les hotels).

Que nous reste t-il ?

Dans la short list, je mettrais volontiers le Granbell Hotel.

Nouvellement ouvert, idealement situe a Shibuya, un des seuls "boutique Hotel " de Tokyo dans lequel vous pourrez passer une nuit a partir de 13, 000 yen pour la single (un exploit ...).

La double est a 26,000 (prix annonce, ce qui signifie que vous pouvez surement la trouver pour moins chere). Certes les chambres ne sont pas immenses mais a 3mn de Shibuya, on peut difficilement demander mieux.

NDLR: Ne pas se fier au site qui annonce "for your active dairy life", cet hotel n'a aucune action dans une societe de produits laitiers quelconque.



Si par malheur, le Granbell etait plein, il reste a Shibuya l'Hotel Excel Tokyu, moins cher que son voisin le Cerulean et toutefois tres correct.

La single commence a 20,000 yen et la double a
24, 000 mais la aussi, possibilite de les reserver a bien moins cher en cherchant bien.

Rien de tres fancy pour cet hotel, les chambres sont correctes, pas specialement design, mais l'emplacement est imbattable, en plein coeur de la ville.

A noter, ils ont un "Ladies floor" dont je ne vois pas trop le but mais l'intention y est.



Pour ceux qui ont un budget taxi, le boutique hotel incontournable reste sans doute le Claska, notre Costes a nous autres tokyoites.

Egalement connu pour ses soirees qui drainent tous les gens de l'industrie de la mode, le Claska ne remplit pas toutes les conditions indiquees ci-dessus:
il est completement paume et quasiment uniquement accessible en voiture, meme si, a vol d'oiseau, il n'est pas si loin des coins qui bougent (mais mal desservi).

L'interet principal est que les chambres sont belles et abordables, la single est a partir de 10,500 yen, la premiere double a 18,900 yen.

A considerer pour les gens qui crapahutent toute la journee et ne reviennent a leur hotel que pour dormir.

Enfin, pour les quelques excentriques qui souhaiteraient tester la vie a la japonaise, il y a bien sur les traditionnelles auberges, les ryokans.

Meme si il me semble un peu saugrenu de rester dans une auberge a Tokyo, apres tout pourquoi pas ?

Dans ce cas la, je ne peux que vous inciter a la prudence.
Larges probabilites de tomber sur quelque chose de cher au confort relatif.

Une adresse sure: les patrons du delicieux ryokan Yoshimizu de Kyoto ont egalement une auberge a Ginza.

Bon, je sais, Ginza comme je l'ai dit plus haut n'est pas la destination la mieux placee: toutefois, le ryokan est coquet et pour 10, 600 yen pour une personne, ou 21,200 pour deux la nuit, quand on sait sur quoi on peut tomber en matiere de ryokan, croyez-moi on fonce.

Copyright des photos sur les sites en liens

Libellés : ,

lundi, décembre 18, 2006

Une biennale qui change

Interesses par l'art contemporain, vous avez envie de voir autre chose que la sempiternelle expo du Mori (qui peut s'averer exceptionnelle parfois, certes)?

Voici une idee.

Bon, d'accord, c'est un peu a l'autre bout du monde (Fuchu est sur la Keio-sen, changement a Meidaimae a partir de Shibuya ou direct de Shinjuku, compter 45 bonnes minutes porte-a-porte), bon d'accord, le public vise est surtout japonais (absolument aucune explications en anglais), mais la 3eme Biennale de Fuchu "Beauty and Value - 7 Artists of the Post-Bubble Generation" s'en tire honorablement.

D'une part, le musee (5 mn en bus a partir de la station Fuchu, ou en taxi) est recent et agreable.

D'autre part, pour une fois, il y a de la place pour s'asseoir et regarder les videos de bout en bout (essayer au Mori...hehe), admirer les oeuvres de loin ET de pres... et flaner tout simplement.

Et puis, 7 artistes, c'est pile poil le bon nombre pour apprecier sans se lasser, pour approfondir la demarche de chacun et retenir ce qu'on a vu.

Et il y a de vraies trouvailles...

Coup de coeur pour ma part pour les tableaux en relief de Morimoto Taro ou les boules de verre et la video "Tamagawa" de Ohtake Atsuto.

Alors, si vous voulez fuir les zones commerciales, vous evader du monde infernal des cadeaux et de la surconsommation avant l'orgie de Noel, voici une bonne idee pour le week-end prochain.

Depechez-vous, ca ferme le 24!

Fuchu Art Museum (Keio-sen, station Fuchu)
Sengen-cho 1-3, Fuchu-shi, Tokyo 183-0001
Telephone: 042-336-3371

600Yen l'entree de 10 a 17 heures, ferme les dimanche, lundi et jours feries,

Le site de l'expo

La photo appartient au site ci-dessus et montre les boules de verre de Ohtake Atsuto

Libellés : , ,

mardi, décembre 12, 2006

Le Baron de Paris, a Tokyo

Je manque a tous mes devoirs.

J'avais dit que j'allais vous en parler et depuis l'ouverture, pas un mot.

Alors oui, le bebe de Monsieur Andre a bien vu le jour il y a presque deux mois maintenant, la ou etait auparavant le club Mauve (club qui a change de nom environ 15 fois en un an, esperons que ce n'est pas de mauvaise augure).

Hormis quelques inevitables creations du proprietaire au sol, on n'est pas franchement depayse: le Baron, comme le Mauve en son temps est un joli espace, avec une vraie piste, un vrai bar, un vrai corner a part pour les soirees privees ou les Wannabe VIP.
Pas de refonte majeure (ou alors je ne me souviens pas bien de l'ancien lieu).

Neanmoins, a part la musique, pas grand chose a voir avec le club francais.

Nous sommes a Tokyo, le melange des gen(re)s s'opere naturellement (il faut dire qu'on ne s'aventure pas au fond de cette minuscule ruelle par hasard) et l'ambiance est plutot bon enfant.

Bien entendu, on y croise pas mal de francais, plus dans le design ou la mode que dans la banque ou l'enseignement, mais pas (trop) en train de se devisager mutuellement (toute ressemblance avec des clubs parisiens existants ou ayant existe serait purement fortuite).

Bref, un bon endroit pour un verre apres le restau, une soiree avec des copains proches, ou pour retrouver ceux qu'on avait perdu de vue.


Pas mal de photos de soirees sur le blog d'un des associes du club

Libellés : , ,

H&M a Tokyo

Ca c'est la nouvelle du jour... H&M aurait annonce une ouverture sur Harajuku pour... l'automne 2008!

Je ne suis pas une grande fan de l'enseigne mais force est de reconnaitre que ca manquait dans le paysage tokyoite.

Enfin on y est pas encore (deux ans, ca me semble vraiment tres long, je me demande si ils ne se sont pas plantes dans leur communique de presse?) et en plus, si ils nous font un H&M a la Topshop, je vais vraiment passer mon tour.

J'y suis retournee hier d'ailleurs chez Topshop et c'est franchement du grand n'importe quoi (10 modeles a tout casser, prix au desus de 10 000 yen pour le moindre t-shirt).

Apparemment, ils auraient des tresors Topshop au Dover Street Market de la Koto Dori, mais ca ne m'a pas saute aux yeux non plus...

Alors, pour H&M, le principal interet de ce genres de chaines etant quand meme d'etre franchement cheap, ce serait gentil chers Monsieurs les Suedois d'eviter le concept "H&M a prix createurs".

Prenez plutot de la graine sur Uniqlo...eux ils ont tout compris.

Libellés : , ,

jeudi, décembre 07, 2006

Un pt'it bain ?

On continue dans les onsen et les beaux ryokan avec cette fois-ci, une description de Esther de Osawa Onsen, un ryokan situe a Osawa (sur la peninsule d'Izu) qui donne envie d'aller se relaxer dans les bains, la, tout de suite.

"L'accueil est chaleureux et le site tout à fait charmant. Les personnes qui nous ont accueillis parlaient un peu l'anglais.

On nous a tout d'abord indiqué nos chambres, l'heures des repas, ce qu'ils faisaient le soir (démonstration de fabrication du mochi à l'ancienne) et les onsens présents sur le site et leur fonctionnement.
En entrant dans la chambre, on est accueilli par du thé vert (classique) mais avec les petits gâteaux fabriqués par la maison...

Ce que j'en ai compris est que c'était une vieille fabrique à soie abandonnée qu'une association a reprise et rénovée pour en faire un superbe ryokan.

Le soir, le dîner était somptueux. Après le repas du oir, on a eu une démonstration sur le mochi que l'on a pu goûter après, soit salé (daikon sauce soja) soit sucré (farine de soja). S'en est suivi un petit speech sur le site et son histoire.

Par contre pour le lendemain, c'est petit-déj à la japonaise mais si on veut, on peut avoir une petite tasse de café!

En tout cas, le site était vraiment magnifique, le soir, c'est super sympa de se balader à la lumière des lanternes ( c'est vraiment comme sur les photos du site). "


****************************************
Osawa Onsen

Pour ceux qui auraient des problemes avec le site "japanese only".

Addresse: Shizuoka Ken, Kamo Gun, Matsuzaki-cho, Osawa, 153
Telephone: 0558-430121
La nuit (diner inclus) a partir de 15,000 yen par personne.
Le batiment est classe "National Cultural Asset".

Photos copyright Osawa Onsen

Libellés : , , ,

mardi, décembre 05, 2006

Ouvre tes chakras (part II)

Depuis longtemps deja, je voulais tester ce studio de yoga-pilates que j'a vu fleurir sur le toit de la station de Daikan Yama.

Finalement, ce sera dans leur studio de Azabu-Juban que je commencerai, pas tres pratique pour moi, mais avouez que leurs emplacements sont strategiquement choisis.
L'entree du Mellow Beaute de Azabu est un peu cachee, a cote de l' American Apparel: une petite porte, un ascenseur et l'on accede au 5eme ou est la reception.
Cadre feutre, parquet chaud, gros fauteuils, bouquins de photos/deco, display de produits Nike yoga (comment ne pas craquer?) sont la pour retenir le yogini.
Les vestiaires sont a la hauteur de l'entree: clean, relativement spacieux, et fournis en produits divers et varies (demaquillants, toner) jusque dans les ladies room impeccables.

Un etage en dessous, nous penetrons dans le studio.

Premiere impression: il fait bon (voire trop chaud... ce n'est pourtant pas du bikram) et ca sent tres tres bon, ambiance spa balinais.

La lumiere est tamisee juste ce qu'il faut, le studio hyper clean mais pas aseptise. C'est parti pour une heure de power yoga.

La professeur ressemble aux filles des pub Nike de l'entree: jeune, jolie, pas neuneu pour un sou, elle ne nous demande meme pas si nous comprenons le japonais, ce que je salue comme un exploit (mais qui pourrait etre mal percu par d'autres, je le concois).
Le rythme du cours est soutenu mais pas insuivable non plus. La professeur fait en sorte de corriger les postures de tout le monde, un par un, quand le besoin s'en fait sentir.

Bref, je n'ai pas vu passer l'heure.

Et cherry on the cake, je me suis reveillee ce matin apres une fantastique nuit de sommeil: c'est sur, je reviendrai.


Les plus:
-beaux studios-prof tres pros-vaste choix de cours meme tard le soir (yoga, pilates)
-parfois, cours aux enonces douteux (que peut bien etre le cours "perfect pelvis??")
-soins types germanium ou ayurvediques (je me mefierais quand meme, a votre place)
-compte tenue des prestations, les tarifs sont relativement raisonnables (compter 20 000 yen le mois pour le free pass + 5000 yen de frais d'inscription) .

Les moins:
-quartiers sympas mais moyennement pratiques (QUI habite vraiment a Daikanyama ?)
-dans le studio d'Azabu, les vestiaires et le studio sont separes d'un etage, qu'il faut gravir dans le froid et en tenue de yoga donc, meme par -15 degres.
-apparemment, ce n'est pas super gaijin friendly (quoique, le formulaire d'inscription est en anglais).
Pas sure qu'ils aient des profs bilingues.
Copyright des photos: le site Mellow Beaute

Libellés : , , , , ,